uSC#004 – L’amiante en héritage – 1/4-les origines

Brushstroke Picture Frame: https://www.tuxpi.com/photo-effects/brushstroke-photo-frame
Amiante vient du latin Amiantus lui-même provenant du grec amiantos qui signifie “incorruptible” (sans souillure). En vieux français, on le nommait asbeste venant lui aussi du latin et avant lui du grec asbestos signifiant “inextinguible”.
Les deux termes renvoient à des notions indestructibilité et de pureté.
fibre_amiante
Zoom sur les fibres se détachant d’un bloc d’amiante
Les anglo-saxons utilisent le terme grec d’asbestos pour désigner cette matière ; tandis en France, c’est le terme d’amiante qui primera.

L’amiante désigne des minéraux à texture fibreuse ayant des propriétés réfractaires. On distingue deux formes principales d’amiante : l’amiante blanc ou chrysotile (groupe des serpentines) et l’amiante bleu ou crocidolite (groupe des amphiboles).

L’amiante est incombustible, isolant, résistant, léger…  Des qualités qui feront oublier son principal défaut, celui d’être cancérigène…. En effet, les fibres qui le composent finissant par attaquer les poumons une fois inhalées.

mesothelioma-suit-5

Mais pendant des décennies, l’amiante sera considéré comme un “super-matériau” qu’on retrouvera fréquemment dans les pages de la science-fiction.

Les observations sur les dangers de l’amiante remontent à l’antiquité. A l’aube du siècle premier, Strabon, géographe grec, observe que les esclaves qui tissent des étoffes à base d’amiante contractent des maladies respiratoires mortelles. A l’époque, l’amiante sert à confectionner des serviettes, nappes et vêtements qu’on nettoie simplement en les jetant au feu après usage.
Il sert également de mèches éternelles de lampe à huile et de bandages lors de la crémation des corps pour ne pas mélanger les cendres du défunt à celles du bucher.

Charlemagne possèdera lui-même des nappes en amiante et étonnera ses invités de marque en les jetant au feu pour les nettoyer. (8ème/9ème siècle)

Au moyen-age, on associe l’amiante à la salamandre, cet animal a qui on attribue à tort des pouvoirs liés au feu. L’amiante s’appelle donc parfois laine de salamandre ou salamandre tout court. Cet animal restera un symbole récurrent de l’industrie de l’amiante.

fur
Représentation d’une salamandre velue

Au 13ème siècle, lors de l’un de ses voyages en Asie, Marco Polo verra de ses yeux les mines et les méthodes de tissage et réfutera aussitôt cette légende.

Cette redécouverte des tissus ignifugés inspirera une histoire parue dans House of Mystery #210“The Immortal” par Jack Olek/Gerry Talaoc (1973-DC Comics) où Marco Polo est le témoin d’une étrange histoire.

hom01

Cassandro un de ses compagnons de voyage menace un vieil homme qui connaitrait le secret de l’immortalité. Le vieillard accepte de lui indiquer ce secret pour protéger sa famille. Il l’amène au cœur d’un volcan et demande de le suivre au milieu des flammes.

hom02
hom03

D’abord incrédule, Cassandro voit le vieux marcher sans souci dans cette fournaise et se décide à le suivre. Il est instantanément carbonisé et trouve d’une certaine manière l’immortalité qu’il cherchait.

hom04

Quand Marco Polo demande au vieillard le secret de cette sorcellerie, il lui révèle que cette cape n’est pas magique mais simplement faite d’amiante.

L’amiante continuera à être utilisée de façon artisanale jusqu’au début du 19ème siècle. Durant cette période, on lui prête des origines magiques voire religieuses. On tente notamment de faire passer des bouts d’étoffe amiantée pour le linceul indestructible du Christ. Au début du 20ème siècle, l’histoire se répétera avec des manteaux ayant prétendument appartenu à Boudha.

Dans un autre registre, certains magiciens de foire utilisent sans doute des tissus en amiante pour leurs tours basés sur la résistance au feu. On retrouve ces “salamandres humaines”, comme on les appellera parfois, du 17ème jusqu’au début du 20ème siècle.

4

Le plus célèbre d’entre eux est Monsieur Chabert (1792-1859), un Français, dont le clou du spectacle consistait à entrer dans un four brûlant avec un morceau de viande et à y rester jusqu’à ce que la chaleur l’eût cuit à point (Chabert utilise une cape d’amiante pour se protéger). Ivan Chabert surnommé « le roi du feu » ou le « Only Really Incombustible Phenomenon » devint une star en Angleterre puis aux USA.

20monsieur-chabert-the-fire-king

L’illusionniste Oudini lui consacra un chapitre entier dans son livre sur les dessous de la magie “Miracle Mongers and Their Methods”
Il mourra à 67ans d’une forme de tuberculose (on peut penser que l’inhalation de fumée et d’amiante n’a pas du aider à sa maladie).

Son illusion du four (et son truc) est évoquée dans une histoire publiée dans Strange Adventures # 121The Wand that could work miracles” par Sid Greene (1960-DC Comics)

sa01sa02sa03

A la même période, l’italien Giovanni  Aldini dédie un ouvrage entier à l’habillement du pompier pour le protéger des flammes.

aldini

Il y décrit ses expérimentations pour créer un uniforme de protection opérationnel principalement à base de textile d’amiante.

aldini02sans-titre01

“Art de se préserver de l’action de la flamme” Giovanni Aldini 1830

Son pays d’origine, pourtant producteur d’amiante, ne retient pas ce projet mais la commune de Paris validera l’idée d’utiliser l’amiante pour la protection des sapeurs pompiers. Aldini ne s’en doute peut-être pas mais son invention est promise à un grand avenir.

En cette fin du 19ème siècle, l’industrie redécouvre les qualités de ce matériau. De la construction et la mécanique en passant par l’industrie navale, on apprécie son pouvoir isolant de la chaleur et du courant électrique couplés à une facilité de mise en œuvre. Le « magic mineral » devient le « compagnon de route du capitalisme industriel ».

Des gisements sont (re)découverts et exploités en Italie, en France et surtout au Canada.

Cette explosion de la production de cet « or blanc » va de pair avec une apparition de maladies professionnelles chez les ouvriers.

En 1899, on répertorie le premier cas officiel de cancer du poumon mais les causes de ce décès ne sont pas pris en compte par la naissante mais très lucrative industrie de l’amiante. Toutes maladies liées à l’amiante seront ainsi éludées pendant les décennies qui viennent.

turner

Publicité de la compagnie “Turner and Newhall” l’un des quatre grands groupes mondiaux de l’amiante- 1918

L’amiante perd son statut mystique pour accéder au rang de matériau du futur.

Preuve de cette hégémonie, en 1911, le canadien Stephen Leacock écrit un roman d’anticipation “The Man in Asbestos, An Allegory of the Future”.

asbestossuit

Il décrit un futur parfait où la mort et la maladie ont disparu. Libérés du travail, les Hommes ont complétement dominé la nature. La nourriture chimique est avalée annuellement en pilule. Cette humanité déshumanisée s’habille uniquement en amiante : résistante et adaptée à toutes les saisons.


Mais l’amiante trouve encore d’autres applications : En 1918 en Australie un cascadeur équipé d’une combinaison en amiante se jette dans un bassin d’eau complétement enflammé. Son surnom est vite trouvé :The Human Torch !

12821517_476398542565497_3465053885337043457_n

Suite dans la partie 2 – Le règne des salamandres

Sim Theury

Publicités

Une réflexion sur “uSC#004 – L’amiante en héritage – 1/4-les origines

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s