uSC#017 – Sludge of Three World-2/2

Brushstroke Picture Frame: https://www.tuxpi.com/photo-effects/brushstroke-photo-frame

Namor #06 & 07 – John Byrne/John Byrne/John Byrne (1990)

namor

La cousine de Namor accompagne l’océanographe Caleb Alexander lors de sa croisière de convalescence. Interrogée par le capitaine sur une étrange forme en mouvement sur son sonar, Namorita se rend sur les lieux.

usc01701

L’endroit est fuit par les atlantéens car il s’agit d’une zone profonde où on déverse les boues d’épuration (Sludge en anglais) de New York et du New-Jersey. Le capitaine la situe à “l’East 106″ soit à 106 miles des côtes. (170 kms)

Malgré la pollution à peine tenable pour elle, Namorita s’enfonce plus profond et tombe sur un amalgame de vase et de déchets déversés.

usc01702

Rapidement Namorita et les passagers du bateau sont absorbés par cette masse visqueuse, Sluj !

usc01703usc01704

Le masse de vase remonte à la surface et prend forme humaine et se dirige vers New-York.

usc01705

Namor tente de sauver ses amis et réussit à retrouver une des passagères dans un cocon translucide. Namor la ramène à New-York.

usc01706

Sur place, il est interpellé par une scientifique, le Dr Carolyn Sheridan qui lui explique la probable origine du monstre appelé Sluj.

usc01707

Elle et son équipe de scientifiques ont créé une forme de vie embryonnaire. Leur expérience a malheureusement été sabotée par un junkie en manque qui a saccagé leur labo, l’a défigurée et jeté l’embryon dans les égouts.

Pour elle, cette forme de vie primitive s’est retrouvée en pleine mer au milieu des boues de traitement et s’est développée pendant 10 ans. Au contact de Namorita et des passagers, elle a pris une forme humanoïde douée d’une forme de télépathie avec ses “hôtes” humains.

usc01708

Elle confie à Namor un virus anti-mutation qui dissout le monstre avant qu’il ne s’abatte sur New-York. Son premier et dernier mot sera “Mère” alors qu’il aperçoit le Dr Sheridan.

usc01709usc01710usc01711

Mais ce virus a également pour effet de faire perdre ses ailettes aux pieds de Namor.

usc01712

En guise de twist final, on apprend par l’un des chercheurs que la forme de vie n’a pas été créé ex-nihilo comme cela a été annoncé. La créature a comme base génétique les cellules des deux scientifiques du projet : le Dr Sheridan et son collègue masculin. Sluj est donc leur enfant en quelque sorte. Ce sont eux qui avaient payé le junkie pour ce sabotage car leur réputation scientifique aurait pâti de cette supercherie.


 

Cette saga du Submariner rappelle sur beaucoup de points l’histoire d’Aquaman #56 & du Submariner #72 de Skeates.

Le monstre Sluj avançant sur New-York et le couverture d’Aquaman ont des similitudes évidentes. De même que le dessin de Roberts de 1969.

ss-titre-4-copier

On retrouve également l’idée d’une forme de vie issue de la pollution aquatique. Cette entité possède également une forme de télépathie comme le Slime-thing de Submariner #72.

Cerise sur le gateau, Namor perd une partie de ses pouvoirs à l’issue du combat. Ce que Skeates avait prévu pour Aquaman.

Bref, beaucoup de points communs.


Comme pour Aquaman, l’histoire se base sur des faits réels.

En effet, depuis le début du 20ème siècle, les boues issues de l’épuration des eaux usées  de New-York (c’est à dire toutes les matières solides en grande majorité d’origine fécale) sont rejetées en mer. On parle de “Sludge-Dumping”. En 1924, les boues sont évacués en mer à 20 kms de New-York (12 miles Site).

Mais en 1986, après quelques scandales environnementaux, la ville de New-York décide de trouver un nouveau lieu situé à 106 miles dans une faille profonde. C’est la zone décrite dans Namor #6.

Les boues sont donc expédiées là où ne les reverra plus, dans l’espoir que cette distance et cette profondeur fassent oublier leurs existences à tous.

map

Malgré les propos rassurants de l’agence environnementale d’État sur l’impact réduit de cette solution, la situation fait rapidement polémique sur les dommages environnementaux potentiels causés par ces dépôts. On parle de plusieurs centaines de tonnes de déchets par semaine.

En 1988, une équipe de scientifiques se rend sur place pour mesurer l’ampleur de la situation. L’impact sur la faune et flore est démontré.

La masse de sédiments ne s’est pas dispersée comme on pu l’imaginer. Elle a étouffé une grande partie de la vie maritime. Les métaux lourds et les autres polluants présents dans les boues se sont concentrés, empoisonnant le site.

cacasea

Sluj IRL (Prélèvements de boues dans la zone 106 en 1989)

L’étude oblige le congrès à voter une loi interdisant l’enfouissement des déchets en mer. La date butoire de 1992 sera respectée mais pendant 4 ans la ville de New-York continuera de déverser ses boues.

Ces déchets sont actuellement épandus ou traités en compostage. (Ce qui ne règle pas le problème des polluants chimiques ou des métaux lourds présents.)

Byrne se trompe un peu dans les dates car Sludge n’a pas pu être déversé avec les boues sur ce site il y a 10 ans soit en 1981.

Mais la morale est  valable pour les histoires d’Aquaman ou Namor. A force de mettre la merde partout, on finit par se la reprendre dans la tête.

 

Sim Theury

Publicités

Une réflexion sur “uSC#017 – Sludge of Three World-2/2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s