uSC#021 – Pollution Mon Amour

Brushstroke Picture Frame: https://www.tuxpi.com/photo-effects/brushstroke-photo-frame

Tales To Offend (Dark Horse Presents #100-114) – Frank Miller (1995-1996-1997)

tales_to_offendfrank_miller_1_00cvr

Ces deux histoires sont parues dans Dark Horse Presents #100 et 114 respectivement en 1995 et 1996. Elles seront compilées dans un “one-shot” à la couverture hommage aux EC Comics des années 50.

sans-titre-1-copier

Sur une planète lointaine peuplée de dinosaures, une jeune femme dans un engin volant s’extasie devant cette nature sauvage et intacte. Ici l’environnement est préservé de la pollution, des usines qui crachent des fumées toxiques. Pas de restaurant servant de la viande à une population obèse.

Elle s’adresse ensuite à ses compagnons extraterrestres pour leur démontrer à quel point les dinosaures sont en fait pacifiques. Leur supposée agressivité n’était que le reflet de notre propre violence.

sans-titre-2-copier

Mais son admiration est de courte durée : Un T-Rex broie le véhicule et ses passagers avec ses impressionnantes mâchoires en l’espace d’une seconde.

sans-titre-3-copier

La jeune femme qui a miraculeusement survécu ne voit pas d’échappatoire. Elle accepte son sort : c’est la loi de la nature.

Mais au moment fatidique arrive un sauveteur inespéré :Lance Blastoff.

sans-titre-4-copier

D’un coup de pistolet-lance roquette, il pulvérise le T-Rex sous les protestations de la victime.

sans-titre-5-copier

Révoltée et encore sous le choc, elle maudit son sauveur qui l’invite cependant à gouter son dino rôti.

Elle refuse catégoriquement avant de se laisser gagner par l’odeur de la viande grillée qu’elle finit pas dévorer à pleine dents.

sans-titre-6-copier

Elle ouvre enfin les yeux : tout ce qu’il lui fallait c’était de la vraie viande et un véritable mâle.

sans-titre-7-copier

A son réveil, Lance l’abandonne malgré ses promesses.

En finissant sa bière, il se dit qu’il aurait peut-être du la prévenir de la venue d’un nouveau T-Rex.

sans-titre-8-copier

Sans plus se soucier de la femme que de la bouteille de bière qu’il balance, Lance repart en empoisonnant un diplodocus avec ses rétrofusées.

De retour à sa navette, il reçoit un SOS d’un vaisseau alien bloqué dans l’espace alors qu’il fuyait un régime totalitaire.

1r

En échange de leur accueil sur une planète, ces aliens issus d’une civilisation extrêmement avancée proposent d’offrir leurs connaissances. Des solutions pour éradiquer la maladie, la souffrance et la fin, des sources illimitées d’énergie propre qui feront de leur planète d’adoption un paradis.

2r

Lance réfléchit, après tout ces aliens sont si mignons.

3

Tellement mignons qu’il les vends comme animaux de compagnie après les avoir lobotomisés.


 Frank Miller, qui n’avait déjà pas sa plume dans sa poche, se lâche complétement dans le politiquement incorrect.

Tout y passe : féminisme, valeurs morales, santé, végétarisme, respect de la nature et écologie en général.

Il faut évidement prendre ces histoires au second degré, comme une sorte de défouloir décomplexé.

En 25 ans, l’écologie est devenue, au moins en façade, un mouvement important dans la société. Et par certains côtés, on ne peut pas s’empêcher de voir dans ces histoires la satire d’une morale perçue par certains comme un diktat de la vie quotidienne ou d’une éthique de la sollicitude qui ne supporte aucune critique

Bref un dogme qu’il fait bon critiquer : un retournement de situation pour une philosophie minoritaire et contestataire à ces débuts.

small

Sim Theury

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s