uSC#027 – Namor/Iron-Man : Solar War

Brushstroke Picture Frame: https://www.tuxpi.com/photo-effects/brushstroke-photo-frame

Iron-Man v1 #25 (may 1970) Archie Goodwin / Johnny Craig / Sam Grainger

iron_man_vol_1_25

C’est par une vision de fin du monde que démarre le récit. Iron-Man tient dans ses bras une jeune femme empoisonnée par une atmosphère polluée. Le héros n’en a lui même plus pour longtemps : ses réserves d’oxygène sont proches de zéro.

sans-titggre-1-copier

Avant de mourir, il se demande comment une espèce qui a réussi atteindre les étoiles peut mourir asphyxié sur sa propre planète.

sans-titrgge-2-copier

Cette scène tragique est en fait un film d’avertissement que Stark a produit pour sensibiliser différents chefs d’entreprises sur les menaces qui pèsent notre environnement.

sansgg-titre-3-copier

Stark cherche a les alerter sur la responsabilité du secteur industriel en terme de pollution. L’assistance est sceptique voire hostile.

Pour étayer ses propos, il relate une expérience qui lui est arrivée quelques jours plus tôt où il se rendait sur une ile transformée en centre de recherches racheté il y a quelques années par Stark :

Blane Ordway, le directeur du “Meridian Island Project” accueille le milliardaire avec de très bonnes nouvelles : le centre, hier déficitaire et aujourd’hui plus que rentable.

sans-titre-5-ggcopier

Le complexe est en pleine expansion au détriment des espaces naturels de l’ile. Stark semble désapprouver mais pour Ordway, on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs. Le chercheur n’a qu’une priorité à son agenda : son convertisseur d’énergie solaire.

sans-titre-6-copier

Plus besoin de pétrole, de gaz ou d’électricité, toute l’ile peut être alimentée par son projet. Stark est inquiet car cette technologie n’a jamais été testée à cette échelle. Mais il est interrompu dans son exposé par la fiancée de Blane : Jane Duncan. Paniquée, elle lui annonce que les pompes purificatrices sont en train de refouler les produits chimiques sur l’ile.

L’explication de ce dysfonctionnement majeur se trouve à quelques miles de là.

sans-titregg-4-copier

Sous les eaux, le Submariner, révolté par la pollution de son royaume, découvre une canalisation qui rejette son poison; tuant toute vie autour de lui. Il écrase le tuyau pour l’empêcher de nuire puis suit la canalisation à sa source bien décidé à faire payer les pollueurs.

Il s’agit bien évidemment du Meridian Island Project.

Quand Stark voit débarquer un Namor enragé détruisant les installations de son complexe, il décide d’intervenir en tant qu’Iron-Man.

sans-titre-7-copier

Le combat passe de la terre à la mer où Iron-man comprend enfin les raisons de la colère de Namor.

sans-titre-8-copier

D’abord incrédule, il comprend que les unités de filtration qui auraient du empêcher cette pollution sont absents depuis au moins un an. Ordway a fait des économies au mépris de la protection de l’environnement.

Tête de Fer réussit à maitriser le Prince des Mers tout en lui précisant qu’il compte bien mettre fin lui aussi à cette pollution.

sans-titre-9-copier

Sur l’ile, la situation empire. La chaleur du convertisseur solaire bloque les polluants au sol. Le phénomène est amplifié car la végétation de l’ile a été détruite lors des travaux d’agrandissement.

Néanmoins Ordway refuse de le stopper juste à cause de ce smog.

Il doit pourtant se rendre à l’évidence quand sa fiancée perd connaissance à cause des gaz toxiques. Les respirateurs qui permettraient de l’aider sont tous utiliser. Leur nombre sont limités car il fallait faire des économies pour le projet du convertisseur.

sans-titre-10-copier

Iron-Man tente de faire reprendre raison à Ordway car non seulement le convertisseur bloque la pollution mais ses rayonnements transforment les gaz en ozone encore plus toxique.

sans-titre-12-copier

Iron-man décide de libérer Namor puis part pour tenter d’arrêter le convertisseur.

sans-titre-11-copier

Mais ses réserves d’oxygène s’épuisent avant qu’il ne puisse atteindre le cœur du convertisseur. Il ne doit son salut qu’à l’intervention de Namor.

Devant l’ampleur de la tache, ils décident de créer un mini tsunami qui engloutit l’ile et désactive la machine infernale.

sans-titre-13-copier

Ordway a malheureusement déjà perdu la vie à cause des gaz mortels.

Ainsi se termine l’exposé de Stark. Ce grave événement est pour lui le signe qu’il est temps que les industriels agissent pour éviter que de telles situations se reproduisent. A ce rythme, si rien n’est fait, la planète sera invivable d’ici 30 ans.

sans-titre-14-copier

Mais l’assistance ne semble par partager son point de vue. Le changement coute de l’argent. Pour le public présent, Namor est responsable de l’accident et toutes façons ils ont encore largement le temps de se préoccuper du sort de la planète.


sans-titre-3-copier
sans-titre-2-copier

Écrire Iron-Man en 1970, alors que la guerre du Viet-Nam bat son plein, n’est pas une chose facile. Le passé de marchand d’armes du personnage lui colle à la peau.

Avec ce numéro Goodwin tente de réorienter l’industriel militaire vers des préoccupations écologiques comme beaucoup de comics à partir de années 70.

Cette fable écologique met en lumière bon nombre de crises environnementales de l’époque : disparition des espaces naturels, épuisement des ressources, pollution de l’air, smog, pics d’ozone mais également la pollution des mers (la marée noire de la baie de Santa Barbara en Californie en 1969 est encore fraiche dans les esprits). Tout ça sur une ile symbolisant évidemment la planète.

Même s’il suit l’air du temps, ce numéro part d’une bonne intention et Goodwin semble s’être bien documenté pour aboutir à ce “best-of” de la pollution industrielle.

er

Goodwin se permet même de dénoncer un cynisme certain de la part du secteur industriel où Stark fait figure de philanthrope.

Si on doit chercher les débuts d’un changement de philosophie chez le personnage, ce numéro en fait assurément partie.

Bien sur cette éco-attitude en durera pas vraiment. Mais il est amusant de noter que lorsque Stark voudra encore marquer un nouveau départ au début des 90′s, c’est encore vers l’écologie et le solaire qu’il se tournera (on en reparlera bientôt)


Le même mois, le Submariner combattait également la pollution dans son propre magazine. Pour Namor, le changement de positionnement sera plus durable de par son statut de représentant des océans et deviendra une facette importante du personnage. (on en reparlera aussi ^^)


Au final, si ce numéro cherche sincèrement à dénoncer les dérives industrielles, il commet malheureusement un impair de taille jetant l’opprobre sur la technologie solaire encore émergente à l’époque. En imaginant que cette technologie soit instable et ait besoin de produits chimiques pour son fonctionnement (ce qui n’est absolument pas le cas), on ne peut pas dire que Goodwin ait complément fait avancer la cause écologique avec cette histoire


odeillo-solar-furnace-26

 

Pour l’anecdote, le premier four solaire ressemblant à celui du comics verra le jour en France à Odeillo dans les Pyrénées-Orientales en 1970 (c’est à dire l’année de sortie d’Iron-Man v1 #25) après 6 ans de travaux.

 

Sim Theury

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s