EcoloGeek#63 – Captain Planet

A la fin des années 80, l’écologie connait un regain d’intérêt. Cet engouement marque la seconde grande vague environnementaliste depuis celle de 1968. Il faut dire qu’entre la catastrophe de Tchernobyl, la disparition de la couche d’ozone, la marée noire de l’Exxon Valdez et la menace sur la forêt Amazonienne, le grand public commence à se sentir de plus en plus cerné.

captnplanet63s

Bref, avec tout ce que cela a de positif et de négatif, l’écologie a la hype.

Dans ce contexte, l’industrie du divertissement tente de s’adapter et de surfer sur la vague avec plus ou moins de sincérité. Les enfants sont une cible privilégiée car très réceptifs à cette cause. Dans les comics, les films et les dessins animés, difficile d’échapper au discours écologique. Et c’est tout un chapelet de concepts plus ou moins réussis que l’on voit défiler sur les écrans : SOS Polluards (The Smoggies), Swamp Thing, Toxic Crusaders … même les Tortues Ninja s’y mettent.

Parmi toutes les créations de cette époque, un personnage va véritablement laisser une trace  : Captain Planet (and the planeteers)

capplanetlogo

« We need a super hero for the Earth. »

Captain Planet a officiellement deux co-créateurs :

Ted Turner. A l’époque, producteur et propriétaire de Turner Entertainment, Ted Turner est une figure de l’audiovisuel américain où il fonde la chaine d’information continue CNN en 1978. Sa carrière doit beaucoup à son père dont il hérite d’une compagnie audiovisuelle. Turner est également un philanthrope capable donner 1 million de dollars aux Nations unies pour des causes humanitaires par exemple.

tedturner

Ouvertement écologiste, c’est lui qui a l’idée en 1989 créer un dessin animé qui pourrait répandre ses convictions tout en responsabilisant les spectateurs. Il désespère de voir que les dessins animés diffusés n’ont pour lui aucun message à faire passer. « Nous avons besoin d’un héros pour la Terre ». Et c’est ainsi qu’il lance l’idée d’un superman dédié à la cause environnementale : Captain Planet.

C’est là qu’intervient l’apport de sa co-créatrice : Barbara Pyle.

Également productrice et réalisatrice, Barbara Pyle est une activiste environnementale depuis le début des 80’s. Elle produira différents documentaires pour les nations unies et des organisations écologistes gouvernementales ou non. Turner la nomme vice-présidente en charge de la politique environnementale de son groupe télévisuel.

Barbarapyle

Barbara apporte principalement l’idée d’adjoindre 5 adolescents au Captain. Loin d’être des side-kicks ne servant qu’à aider les enfants à s’identifier, les jeunes seront en fait les principaux protagonistes au cœur de l’action. Cette vision des choses rejoint celle de Turner : donner le pouvoir à la nouvelle génération. Barbara ira même jusqu’à proposer de laisser tomber le personnage de Captain Planet pour se concentrer uniquement sur les planeteers. Pyle prendra modèles sur des véritables activistes écologistes pour le groupe des Planeteers.

Lancé en 1989 et produit par Turner Program Services et DIC Enterprises, « Captain Planet and the Planeteers » se veut un « edutainment », un mix entre un programme éducatif et l’entertainment.

Nick Boxer qui fait partie de l’équipe de production s’inspire de la personnalité du Racer X (Speed Racer) pour Captain Planet.

nicholasboxer
Nicholas Boxer, le visage de Captain Planet

Mais sa contribution ne s’arrête pas là car il signe également les paroles du générique (qui ressemble un peu à Step by Step des NKOTB) et il prête même ses traits au héros : le visage de Captain Planet, c’est celui du producteur !

Carl Sagan et le fils du commandant Cousteau ont même bénévolement apporté leur pierre à l’édifice comme consultants.

 

Voix du succès et parrainage de Luxe

Le moins qu’on puisse dire c’est qu’on a pas lésiné sur la promotion. Car si le dessin animé ne se distingue pas particulièrement de la production de l’époque au niveau de l’animation, Turner a réussi à embaucher des voix célèbres pour les personnages.

Durant les premières saisons, le personnage de Gaïa sera ainsi doublé par Whoopy Goldberg. Coté vilains, Sting puis Malcom Mc Dowell assureront le doublage de Zarm, Jeff Goldblum prêtera sa voix à Verminous Skumm, Dean Stockwell à Duke Nukem, Meg Ryan au Dr Blight, Tim Curry à M.A.L. (l’A.I. de Blight), et Martin Sheen à Sly Sludge.

doubleurs
Whoopy Goldberg entourée des doubleurs des Planeteers et Captain Planet

capplanettopgun

D’autres acteurs et artistes seront appelés ponctuellement pour le doublage d’un personnage comme Danny Glover pour le Professor Appolo (S02E07).

 

Pour l’anecdote, Tom Cruise a été pressenti pour doubler Captain Planet avant de décliner l’offre (enfin surtout de jouer au mort). Coïncidence ou non mais dans le numéro 2 du comics, on trouve une référence importance à Top Gun (et Hot Shots) avec des aviateurs nommés Maverick, Iceman, Goose …. et Topper.

 

Présente à la cérémonie de lancement, Jane Fonda sera la marraine du programme.

 

Captain Planet and the Planeteers (oui, on en parle enfin)

C’est ainsi que le 1er épisode de « Captain Planet and the Planeteers » sort en septembre 1990 sur TBS la chaine de Turner (pratique non ? ^^).

capplanetpromo

Le pitch est résumé dès l’introduction du cartoon : la Terre est en danger, elle ne peut plus supporter la pollution qui la gangrène. Sur Paradise island, Gaïa, l’esprit de la planète, se réveille et confie 5 anneaux magiques à des teen-agers autour de la planète : les Planeteers

  • L’anneau de la Terre revient à Kwame d’Afrique (Nigeria)
  • L’anneau du Feu à Wheeler des USA. Une tête brulée plus portée par la nourriture et les filles que sur l’environnement. A noter que c’est le seul personnage qui ne soit pas inspiré d’un écolo. Barbara Pyle se serait inspiré de son père qui représenterait l’américain moyen peu concerné à priori par les questions écologiques.
  • L’anneau de l’Air est donné à Linka de l’URSS puis de la Russie après la chute du mur de Berlin.
  • L’anneau de l’Eau à Gi de l’Asie
  • L’anneau du Coeur à Ma-Ti de l’Amérique du Sud. Le personnage est souvent moqué à cause de son pouvoir un peu niais. Mais son anneau lui confère des capacités télépathiques et empathiques puissantes qui ne seront jamais vraiment exploitées à leur maximum.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On nage un peu dans une pub Benetton. Cependant le principe permet de situer les épisodes autour du monde et de ne pas s’autocentrer sur les USA.

Le pitch de base n’est pas sans rappeler celui du comics Ms Mystic où Gaïa donnait des pouvoirs élémentaux à 5 personnes pour défendre la Terre de la pollution. En 2001, on retrouve le même schéma dans la série « Sentai /Power Rangers» Hyakujuu Sentai Gaoranger. Grâce à la pollution terrestre, les Orgs, des êtres monstrueux, se sont réveillés après 1000 ans de sommeil forcé. Mais ils ne sont pas seuls à sortir de leur léthargie : la princesse Iriya / Shyala et ses 5 Zords protecteurs comptent bien défendre encore une fois la Terre contre ses agresseurs.

En combinant le pouvoir de leur anneaux, les Planeteers peuvent invoquer, tel un Golem, le Captain Planet. Ce faisant ils perdent leurs pouvoirs individuels.

ctnplanet01

Le héros possède tous les capacités des anneaux ainsi qu’une super force et le pouvoir de voler. Au fil des épisodes, il pourra parfois transformer des matières premières en objets plus élaborés comme créer une centrale de dépollution des eaux à partir d’un camion (S01E17). Il pourra se transformer en plantes (S01E07), en électricité, en nitrogène, en programme informatique …

capnplanetd1

Pour éviter d’en faire un Deus Ex-Machina, les interventions de Captain seront assez limitées durant les 5 premières saisons. Captain Planet ne se montre d’ailleurs rarement plus d’une fois par épisode et parfois à peine une minute sur les 20 minutes du show. Comme le voulait Pyle, ce sont les planeteers qui sont les véritables acteurs de l’histoire.

Durant l’ensemble du dessin-animé, on apprendra rien de lui. On comprend qu’il vient et doit se régénérer dans la Terre. Si des planeteers ne se trouvent pas sur Terre, il peut se manifester malgré tout mais ne dispose pas de tous ses pouvoirs. (S02E01)

ctnplanet12

Il est sensible aux pollutions qui sont sa kryptonite (liquides toxiques, fumées, terres polluées …) et même aux émotions négatives (lorsqu’il rencontrera Hitler -S06E06 – il sera affaibli rien que par la haine qui se dégage de lui).

caplanet (1)
Adolf « big moustache » Hitler

Même s’il apporte son lot d’action, Captain Planet est une coquille vide et n’a pas de personnalité propre. Ses dialogues se résument à une série de blagues et de jeux de mots.

Il y aura une tentative d’adjoindre un nouvel allié : le Commander Clash (S01E22/23). Il aura droit à sa propre figurine mais ne reviendra jamais dans le show.

ecovilain
Sly Sludge / Verminous Skumm / Hoggish Greedy / Dr Blight / Duke Nukem / Looten Plunder / Zarm

Les méchants en deviennent presque plus intéressants. Chacun possède sa propre idéologie ou mode d’action. Duke Nukem ne vit que pour contaminer la planète par la radioactivité pour s’y sentir chez lui. Dr Blight est la scientifique diabolique qui use d’expressions françaises et prend un plaisir sadique à tuer les animaux. Sly Sludge fait commerce dans l’élimination des déchets. Verminous Skum passe son temps à empoisonner les corps (toxines, bactéries etc.) et les esprits (drogue, violence, racisme),  Hoggish Greedly  symbolise l’avidité et la surexploitation des ressources. Looten  Plunder exploite les pays en développement faisant toujours jouer la carte des emplois et du progrès contre l’environnement. Chaque eco-vilains est affublé d’un acolyte souffre-douleur.

ecovillains

Pour finir Zarm (Mars à l’envers – le Dieu de la guerre) est un anti-Gaïa qui mettra souvent à l’épreuve les convictions des jeunes planeteers. Avec Captain Pollution, c’est la menace la plus puissante qui tente de contrer les héros. Il sera heureusement utilisé avec parcimonie.

Au fil des saisons

Les 113 épisodes s’étalent sur 6 saisons de 1990 à 1996. Les 3 premières saisons sont produites par DIC (studio crée par Jean Chalopin et à qui l’on doit des séries comme Ulysse 31, les mystérieuses cités d’Or mais aussi les Bisounours, Pole Position, Jayce et les conquérants de la Lumière, MASK etc).

Mais quand Turner achète le studio Hanna-Barbera en 1991, la production leur revient logiquement pour les 3 dernières saisons.

  • La Phase DIC – 1990-1992

Les saisons 1 et 2 comportent 26 épisodes chacune, la troisième 13 épisodes uniquement : le show vit sur les rediffusions et la transition avec Hanna Barbera est en cours. L’ensemble est très homogène et ne se distingue en rien de la concurrence.

 

 

 

 

 

 

 

A l’exception du premier épisode fondateur, le schéma reste le même sur la majorité des histoires. Gaïa détecte une menace derrière laquelle se cachent un ou plusieurs des méchants. S’en suit une intervention des planeteers puis de Captain Planet, et hop : Happy end !

capnplanetd6

A l’exception de thématiques purement sociales/sociétales, tous les ressorts et personnages de la série se trouvent déjà dans la première saison. Il est évidemment question de pollution (air, eau, déchets ..), de trafic ou d’extinction des espèces animales mais également déjà de réchauffement climatique.

capnplanetd5

Les exemples seront suffisamment variés pour que le spectateur n’ait pas l’impression de redite. Les sujets jouent avec l’actualité au moins sur les premières saisons (pluies acides, chasse à la baleine, disparition de la couche d’ozone …). Au fur et à mesure, les problématiques deviennent de plus en plus pointues. Les histoires mélangent fréquemment les thèmes écolos et la science-fiction. A la fin des 6 saisons, tous les préoccupations environnementales auront été abordées et certaines mêmes plusieurs fois.

capnplanetd7

Chaque épisode se termine par une séquence « Planeteer Alert » qui prodigue des conseils très concrets en lien avec l’épisode. On invite les spectateurs à trier, recycler, protéger faune et flore mais également à s’engager dans des associations, à militer voire à écrire à son maire ou son sénateur.

Captain9

Dans les épisodes 22 et 23, les pollu-vilains réussissent à dupliquer les anneaux des Planeteers. Mais leur source de pouvoirs est différente : Smog, Toxics, Radiation, Deforestation et Hate. En combinant leurs capacités, ils invoquent un anti-Captain Planet : Captain Pollution. Vaincu, ce dernier ne reviendra qu’au cours de la saison 4 mais reste un des adversaires les plus marquants.

Captainpollution
Captain Pollution

Les épisodes 24 et 25 utilisent un procédé scénaristique qui sera ensuite repris à de maintes reprises : le voyage dans le temps pour explorer les dystopies (et plus rarement les utopies). Dans ces épisodes, Wheeler découvre un monde dévasté car il a refusé de devenir planeteer.

captainparis
Les déchets attaquent Paris (S02E02)

Les saisons 2 et 3 vont poursuivre le chemin tracé en apportant quelques éléments nouveaux.

On apprend que Zarm s’est caché derrière chaque dictateur de la planète et on voit la partie cachée du visage du Dr Blight. Les créatifs imaginent même des planeteers et un Captain Planet des années 40. Les idées sont louables mais leurs développements laissent souvent sur sa faim.

caplanet (20)

Les scénaristes font preuve d’une certaine audace en traitant de sujets sur la surpopulation, la spoliation des terres et des richesses des indiens d’Amérique, l’importance donnée aux garçons plutôt qu’aux filles dans certains pays, la corruption, le climatoscepticisme, le shamanisme (!), les sans-abris et la drogue (causant même la mort du cousin de Linka ! S02E01), …

ctnplanet06
Drugs ?, Say : Wtf ?!

De plus an traite de l’impact environnemental de la viande rouge alors même que Turner possède plusieurs ranchs et sera le fer de lance de la promotion de la viande de bison. Durant la saison 4 (E18 – High Steaks), la promotion de l’éco-ranching viendra un peu contre-balancer cette position anti-viande.

s02e18
Powers combined – le gant de l’infini de Zarm ^^

Les planeteers s’offrent le luxe de s’inviter au Sommet de la Terre à Rio en 1992 avec tous les chefs d’État.(S2E17)

caplanet (19)

Un épisode fera également parler de lui car il traite du sida à une époque où c’était encore un tabou. Verminous Skumm, attisant la haine de toute une ville autour d’un jeune basketteur séropositif. La preuve que derrière l’aspect inoffensif d’une série pour enfants on peut traiter de sujets graves. (S3E11)

L’épisode 12 de la saison 3 a l’ambition de dénoncer les conflits entre communautés. (Blancs vs Noirs en Afrique du Sud, le conflit israélo-palestinien et la guerre larvée en Irlande du Nord). Toutefois, le traitement du conflit Catholique/Protestant sera tellement décrié que toute cette partie sera censurée avant même sa diffusion en Irlande.

Ces 65 épisodes forment un ensemble cohérent bien que très répétitif malgré des changements de recette à la marge.

  • La phase Hanna Barbera -1993-1996

Le studio Hanna Barbera tombe dans l’escarcelle de Turner et le cartoon subit une évolution dans la continuité. La série est renommée : The New adventures of Captain Planet. (exit les Planeteers.)

 

 

 

Les persos ont droit à un relooking léger, la musique se fait plus variée avec des séquences symphoniques et le style graphique est légèrement retravaillé dans un esprit « cartoon ». Si vous êtes attentif, on peut même voir Vera et Sammy de Scooby-Doo en second plan dans quelques épisodes.

Sorti de là, ces trois dernières saisons ne se démarquent pas vraiment des précédentes. Pourtant à l’exception de Ted Turner et Nicholas Boxer, l’ensemble de l’équipe est renouvelée. Les auteurs vont continuer à distiller la même recette avec une part de plus en plus importante pour les voyages dans le temps et les dystopies.

capnplanetd2

Autre tendance : les films d’horreur semblent une source d’inspiration pour donner une « teinte » un peu plus originale à certains épisodes (S04E11, S04E16,S0419,S05E03)

capnplanetd8

A défaut de bouger le statu quo, on dévoile un peu le passé de chaque perso y compris les méchants. On apprend le tragique sort des parents de Mati, on rencontre le père de Wheeler avec lequel il est brouillé depuis des années, Linka part en Russie pour aider sa mère malade de la pollution etc.

On découvre que le père de Greedy (vu dans la saison 3) est devenu un homme d’affaires éco-responsable. On assiste un peu étonné à l’apparition d’une sœur jumelle de Blight : une actrice eco-engagée sur le tournage du film sur Captain Planet.

caplanet (8)
La soeur jumelle du Dr Blight qui sera recyclée pour en faire sa fille d’un futur alternatif en saison 6

Elle fera tout pour réduire l’impact environnemental du tournage (ce qui d’ailleurs était aussi le travail de Barbara Pyle pour Turner).

On tease un rapprochement entre Wheeler et Linka. Les deux personnages échangeront un baiser (S04E4 – épisode n°69) et se marieront dans une séquence imaginaire. Cela sera la seule tentative pour donner un semblant de vie sociale aux héros.

caplanet (18)
Rapprochement Russo-Américain

Dans un autre épisode, on laisse également entendre que des 2 planeteers du futur pourraient être leurs enfants. Mais leur relation n’évoluera pas pour autant.

caplanet (15)
Les planeteers du futur !

Les méchants les plus inhumains comme Verminous Skumm et Duke Nukem disparaissent au profit de personnages humains et bien plus fades. On finit par ne plus vraiment faire de distinction entre leurs modes d’actions. Parallèlement Captain Planet prend une place plus importante en ayant systématiquement 2 apparitions ou une présence sur la moitié de l’épisode. Malheureusement on ne peut pas dire qu’il en ressort grandi car il souvent utilisé à contre-emploi dans des scènes où il est carrément ridicule.

capnplanetd10

Le générique de la saison 6 est tout à fait représentatif de cette évolution qui lorgne plus vers The Mask que Superman (on se demande ce que Fred Schneider des B-52’s est venu faire dans cette galère – oui, le rappeur du générique c’est lui) Par moment, le show tombe dans une auto-parodie plutôt déconcertante.

 

 

D’ailleurs, certains épisodes donnent l’impression d’une lassitude dans l’équipe scénaristique. A la fin de saison 5, l’épisode 11 offre une équipe de planeteers du futur complément blasée, dépassée par leur vie personnelle, leurs enfants et des préoccupations de consommateurs lambdas.

capnplanetd4

Gaïa aussi semble usée par les menaces à répétition qui aboutissent systématiquement à l’apparition du Captain. Le héros est devenu complétement indifférent face à ces pollutions à répétition dont il n’a visiblement plus rien à battre. Les vilains en prennent aussi pour leur grade, transformés en camelots dans des centres commerciaux.

capnplanetd9

L’épisode 13 – « Who’s running the Show ? » est dans la même veine, présentant les déboires d’une chaine de télé dont le héros est « Eco the Clown ».

capnplanetd3
Teers in the Hood. Un épisode au ton différent. Visuels soignés, musique naviguant entre free-jazz et rap. Des hommages marqués à Luther King, JFK, Gandhi, Nelson Mandela …

La saison 6 est d’ailleurs la saison de trop. A part l’épisode 10 où les héros sont jugés par les animaux exterminés par l’espèce humaine, rien n’est vraiment à retenir. Les héros sont même vaincus à la fin d’un épisode – Whoo gives a Hoot ?-  où ils ne peuvent pas empêcher la destruction d’une forêt primaire pour des questions administratives.

caplanet (12)

Cette ultime saison ne sera diffusée qu’en Europe mais pas aux USA. Il ne sortira sur les écrans américains qu’en 2006 à l’occasion du Earth Day !

 

The power is yours !

Malgré les réticences des collaborateurs de Turner et les doutes sur sa rentabilité, le succès du dessin animé est immédiat. Il est rapidement diffusé dans tous les USA et sur plus de 100 pays différents. Au plus fort de sa gloire en 1993, Captain Planet était regardé par 7 millions de spectateurs par semaine.

Mais fin 1995, l’engouement finit par s’estomper. Le mouvement de mode autour de l’écologie retombe également. De plus Turner ayant revendu TBS à Time-Warner en 1996, tous les projets en lien avec la licence lui échappent (un film était notamment en cours de réflexion). Avec la saison 6, c’est toute la licence Captain Planet qui sera mis en hibernation.

Capitaine Planète

En France,  c’est Canal+ diffuse la première saison en 1991. Le générique est allongé en intégrant des extraits du dessin animé. Les paroles et la musique sont des créations originales et interprétés par Patrick et Sylvaine (sic).

 

France 2 prend la suite en 1992 avec les saisons 2 et 3 dans  Les Matins de Saturnin.  et Sparadrap. En 1996,  M6 clôt le bal en diffusant des inédits des saisons 4 à 6 jusqu’en 2000. La série a connu des rediffusions en 2013 sur OCS Happy puis sur Game One en 2014.

Jouer n’est pas polluer
Captoys02
Des eco-conseils sur les packaging des jouets

Aussi surprenant que cela y parait, Barbare Pyle a longtemps hésité à autoriser le merchandising. Elle finit par accepter sous certaines conditions. Primo, 5% des bénéfices abonderont les caisses de la Captain Planet Foundation, ONG fondée pour l’occasion.

Secundo, les matériaux utilisés devront être issus de matière recyclée ou seront recyclables. Vu l’état des techniques de l’époque, seuls le carton et le papier peuvent répondre à ces critères.

Je doute que le plastique de jouets puissent à ce niveau de technologie provenir de matière recyclée.

 

Captoys01jpg
Mention concernant l’écoconception des jouets et emballages

 

Les visuels promotionnels repris pour les emballages sont en grande partie dessinés par Neals Adams.

capplanet adams

Dessinateur phare des années 70, Adams est connu pour sa relance des X-men chez Marvel et de Batman chez DC mais il a également donné un nouveau souffle au duo Green Lantern/Green Arrow dans des aventures dénonçant les atteintes à l’environnement et les inégalités sociales.

capnplanetd11

Adams était lui même un écologiste convaincu et lance en 1980 sa propre super-héroïne pro-environnement : Ms Mystic (dont on a parlé plus haut.)

EDIT : Depuis la parution de cet article, Arkeo Toys a sorti une video sur la gamme de jouets « Captain Planet »

Captain (chez) Marvel

Comme beaucoup de licences à succès, le DA s’offre une déclinaison en comics. Le choix se porte sur Marvel Comics qui est aguerri au processus depuis plusieurs années. Leur scénaristes ont déjà prouvé dans le passé qu’ils sont capables de donner la profondeur et de la complexité à des concepts souvent très maigres.

marvelage105

Dans Marvel Age #105 (oct.1991), le titre est annoncée comme une mini-série en 6 numéros. Or le comics lancé le même mois durera 12 numéros. Il n’est pas rare que des séries limitées se voient accorder une rallonge voire deviennent une série illimitée si le succès est au rendez-vous. (La série Transformers chez Marvel est ainsi passée d’une série limitée à 4 numéros pour finir au #80)

caplanet04

Mais le cas de Captain Planet est intéressant car la série a été prolongée grâce à sa branche Anglaise : Marvel UK. Cette filiale bénéficiait d’une certaine liberté vis à vis de la maison mère et pouvait produire ses propres histoires.

capMarvelUK
Captain Planet – version Marvel UK

Ainsi le même mois du lancement du comics aux USA, Marvel UK sortait son propre magazine « Captain Planet » qui reprenait les épisodes US accompagnés d’autres histoires produites par les équipes britanniques. La version américaine va incorporer en cours de route ces épisodes inédits pour ajouter 6 numéros.

covers

Si on se réfère aux équipes artistiques, la mini-série US devait à l’origine comprendre les histoires des numéros US 1 à 5 et une histoire coupée en deux dans les numéros 7 et 8. (ainsi sans doute que 3 backs-up stories se focalisant sur les personnages de Gi qui rencontre un rejeton de Namor the Submariner, Linka et Kwame.)

Comme beaucoup de séries Marvel UK, les informations sont rares. J’ai pu retrouver 3 couvertures qui indiquent que le magazine a eu au moins 4 numéros et était vendu avec des éco-packs qui permettaient de faire des tests scientifiques (comme des kits pour mesurer l’acidité de l’eau). On peut donc se questionner sur l’existence d’épisodes encore « exclusifs » uniquement sortis en Angleterre ?

Mais sinon Captain Planet en comics ça vaut quoi ?

Si on se concentre sur l’histoire originale en 6 épisodes, c’est plutôt bon. Le point faible reste la partie graphique où 3 dessinateurs se succèdent.

José Delbo, un habitué des comics de licence et d’adaptation de DA, officie sur les deux premiers épisodes. Son style classique colle parfaitement au cartoon.

caplanet01
Captain Planet # 1 – José Delbo / Barry Dutter

Craig Brasfield est un des nombreux second-couteaux que Marvel a fait travailler dans les 90’s. On ne peut pas dire que son travail sur le titre (#5) restera dans les mémoires.

caplanet05

C’est surtout les planches de Pat Broderick qui donne une dimension nouvelle à la série et au personnage de Captain Planet.

caplanet07acaplanet07b

La précision et la finesse du trait ainsi que son dynamisme font mouche. Les splash pages du combat contre Captain Pollution parlent d’elles même. Broderick travaillant sur le futur Doom 2099, il ne pourra malheureusement pas poursuivre la série.

caplanet08bcaplanet08

Coté scénario, à l’exception du premier numéro qui reprend l’histoire du 1er épisode du DA, Barry Dutter livre une trame originale basée sur le schéma classique : une menace + vilain par épisode. Mais il distille un subplot où les planeteers se voient un à un  implanter à leur insu un dispositif de contrôle mental.

caplanet03
Nature fights back !

L’intrigue culmine dans le dernier épisode où les planeteers trahissent Gaïa avant de reprendre leurs esprits pour mieux affronter les pollu-vilains et Captain Pollution sur Paradise Island.

Les comics permettent de donner un peu plus d’épaisseur aux protagonistes et Captain Planet semble enfin doté d’un semblant de personnalité.

caplanet10
Grandmaster Dre, un planeteer auxilaire (Yo !)

Les histoires de Marvel UK sont plus anecdotiques. On peut toutefois retenir une aventure dessinée par Brian Hitch vraiment efficace.

caplanet11
Captain Planet #11 / Bryan Hitch

Il n’y aura plus d’autres comics de la licence. Malgré le succès, on peut supposer que le DA se suffisait à lui-même. Les créateurs ne voulaient sans doute pas avoir à se synchroniser avec un autre support tant les événements des comics avaient fini par diverger de ceux du dessin animé.

Comme le reste du merchandising, les comics seront « éco-responsables » en étant imprimé sur du papier recyclé. Selon l’éditeur, il s’agit de papier 100% recyclé non blanchi.

L’équipe fera une dernière apparition en comics toujours chez Marvel le mois même de son arrêt. Une version parodique sort dans les pages de Toxic Crusaders, une équipe de justiciers écolos menée par Toxic Avenger de chez Troma.

toxiccrusaders

 

Gaïa, c’est plus fort que toi

Un jeu video style Shot’em Up par Mindscape sortira en 1991. Outre le fait qu’il n’apporte rien à l’univers de la licence, la jouabilité rend le truc quasi-impossible à finir comme le montre le test du joueur du grenier.

capplanetgamead

Captain Pas net : Creepy Pasta

Comme souvent, les fans aiment bien tordre les dessins animés de leur enfance. Une creepy pasta assez courante tisse un lien entre Captain Planet et Magic School Bus.

CaptainPlanetBus

Les enfants du Magic School Bus seraient en fait les futurs planeteers. Derrière l’institutrice Ms. Frizzle se cache Gaïa qui aurait enlevé les enfants, leur aurait lavé le cerveau pour mieux les contrôler une fois adultes.

 

By our powers combined

Je dois bien avouer que me binge-watcher les 6 saisons a été une expérience éprouvante pour le ciboulot. Soit, il est difficile de distinguer le fond de la forme. Captain Planet a longtemps été moqué par un look daté et un discours naïf et une qualité d’animation assez moyenne.

captain-planet-ok-ko
Captain Planet dans OK-KO (2017)

Mais malgré son ton lénifiant pour un public adulte, le dessin animé est sans nul doute le programme qui aura donné la plus grande exposition aux atteintes à l’environnement :

Marées noires, pluies acides, exploitation minière, déforestation pour l’élevage, déchets nucléaires, extinction des espèces animales et végétales, chasse, pollution de l’air, décharges sous-marines, barrages illégaux, vente d’armes, surpopulation, réchauffement climatique, requins tués pour leur ailerons, éléphants massacrés pour leurs défenses, trafic d’oiseaux exotiques ou d’orang-outangs, smog, pesticides, pêche à l’explosif, zoos, OGM, menaces sur la forêt Amazonienne, forages en mer ou en Antarctique, chasse à la baleine, exportation des déchets dans les pays en développement, expérimentation animale, usines à chiots, montreurs d’ours, dauphins militaires, dérives du clonage, énergies renouvelables, Sida, drogue, dictatures, racisme, propagation des armes à feu, délinquance, trafic d’antiquités, pauvreté, SDF, prolifération des armes nucléaires, illettrisme …

Quel dessin animé peut se targuer d’avoir fait passer autant de messages en touchant des millions d’enfants à travers le monde ?

Déjouant les pronostics, 20 ans après, son impact culturel et militant est toujours présent de nos jours. Pour preuve, l’activiste Jenna deBoisblanc se fait remarquer lors les manifestations pour la défense de l’environnement en arborant un costume du Captain Planet.

boisblanc

La page Facebook de Captain Planet continue à défendre différentes causes comme les droits des LGBT+ en dépit des critiques de certains fans.

cpf-logo

Preuve de la sincérité des convictions depuis sa création, la Captain Planet Foundation existe toujours grâce à Barbara Pyle et la fille de Ted Turner. Elle continue à soutenir des projets environnementaux à travers le monde. Le cartoon est aujourd’hui diffusé sur Mother Earth Network, une chaine dédiée à la nature et l’écologie. Et dans la continuité des parrainages de star, Léonardo Dicaprio semble toujours accroché au projet de film « Captain Planet » depuis quelques années.

remember

On pourrait voir le verre à moitié vide en se rendant compte que les problèmes soulevés par le dessin animé sont toujours d’actualité et que la situation globale s’est même dégradée. Toutefois on ne peut pas nier l’impact positif du show sur toute une génération qui en a fait un porte-drapeau. Après tout, Captain Planet représente aussi ce dont une génération a besoin aujourd’hui : un symbole d’espoir.

Sim Theury

Ça vous a plu ? Pensez à vous abonnez :
http://www.facebook.com/EcoloGeekCuriositesComics
https://twitter.com/EcoloG3EK
http://www.instagram.com/ecologe3k

Sources :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s