uSC#039 -Apocalypses croisées

Crossed Plus One Hundred #1-6

Alan Moore / Gabriel Andrade – 2014

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Crossed Plus One Hundred (+100) est une série lancée en 2014. Alan Moore et Gabriel Andrade officient sur les 6 premiers numéros qui jettent les bases de ce spin-off de Crossed.

Pour ceux qui ne connaitraient pas Crossed, un résumé rapide : En 2008, la population mondiale est touchée par une épidémie qui transforme les humains (enfants y compris) en êtres violents, sadiques, anthropophages et obsédés par le sexe. On reconnait les infectés par une marque en forme de croix sur leur visage : les « Crossed ».

ch3

Dérangeante, gore et malsaine, cette création de Warren Ellis repousse les limites du genre  et connait un joli succès décliné sur plusieurs séries régulières et limitées. Par son ton scabreux et racoleur, c’est bien la dernière série où on pensait voir officier un auteur comme Moore, auteur de Miracle Man, de From Hell, Swamp Thing, V for Vendetta et Promethea.

Et pourtant, Moore réussit faire sien cet univers tout lui donnant un nouveau souffle en imaginant une humanité qui se reconstruit 100 ans après les premiers événements, c’est à dire en 2108.

Des hordes d’anthropophages obsédés sexuels, quel rapport avec l’écologie ?

 

Menaces croisées

buddleia
Buddleia de David (arbre à papillons) rapidement invasive sur les terrains à l’abandon.

La trame principale  se focalise sur la quasi-disparition des Crossed et les recherches de l’héroïne archiviste, Future Taylor, concernant l’histoire de ces 100 dernières années.

Mais Moore plante en arrière fond une autre catastrophe qui s’est déroulée en parallèle : le réchauffement climatique.

Il n’y a pas d’images chocs et les problématiques environnementales sont éloignées des survivants qui ont déjà maille à partir avec les derniers Crossed et la reconstruction de leur société.

ecovillage
Éoliennes, panneaux solaires : une éco-cité typique de la série

Néanmoins, des bouts de conversation nous apprennent que les survivants ont toujours souvenance du réchauffement climatique et de ses manifestations, que l’ile de Manhattan a été engloutie (comme d’autres apparemment).

L’industrie et les autres activités humaines ayant cessé depuis un siècle, les émissions de CO2 ont été sans doute réduites à zéro depuis 2008/2009. La catastrophe Crossed a ainsi permis de limiter la catastrophe écologique.

mothernature
« L’infection est-elle la réponse de la planète pour limiter la population ? »

Tout n’est pas rose pour autant car sans personne pour les veiller à leur maitrise, les centrales nucléaires ont explosé ici et là.

nuke

Les protections que les survivants enfilent montre qu’en 100 ans, une partie de la connaissance et du savoir faire a su se transmettre.

Et si les survivants utilisent également du charbon de manière significative, ils disposent également d’énergie hydroélectrique dont le rendement leur permet même d’élargir les heures d’utilisation.

Preuve supplémentaire d’une pérennité technique, les différents villages où l’héroïne se rend sont tous équipés de panneaux solaires et éoliennes.

On remarque d’ailleurs que depuis plusieurs années, le solaire et l’éolien sont devenus des must pour les survivalistes réels ou fictifs. Les « kits de survie post-apocalypse » en proposent systématiquement.

main-qimg-e340f97eb61d85a3ddbf2922c09763b3
Alexandria – TWD S06

Dans les saisons 3 et 5 de The Walking Dead, le camp du gouverneur et celui d’Alexandria possèdent leurs propres panneaux solaires, un atout supplémentaire de leur indépendance que l’on ne retrouve pas dans le comics.

 

 

Un autre survivant : l’écosystème

L’autre facette de ce futur, c’est le retour en puissance de la flore et de la faune.

perro

Les villes visitées ressemblent à des jungles luxuriantes où se baladent des meutes de loups mais également des animaux plus exotiques comme des éléphants, des fauves, des rhinocéros, des lamas, des perroquets, des autruches, des pacas …. Ces animaux échappés de zoos se sont acclimatés naturellement et viennent renforcer l’idée d’un climat plus chaud.

elephant

Les visions de ville « rendues » à la nature ne sont pas sans rappeler les images de la série documentaires « Life after People » qui imagine le destin des vestiges de l’humanité.

crossed100-vol1-tpb

Tout cela peut paraitre anecdotique à la lecture mais les interviews et les notes de Moore sur la genèse de Crossed+100 prouvent qu’au contraire tout est réfléchi et volontaire. Le dessinateur, Gabriel Andrade, illustre exactement (et avec talent) ce que Moore a en tête.

La couverture du TPB offre d’ailleurs la même importance aux éoliennes qu’à l’héroïne et à l’homme mystérieux au cœur de ses recherches. Les Crossed y sont même absents.

Crossed+100 : une fable écologique ?

 

 

Sim Theury

 

PS : Si vous voulez lire une analyse détaillée de la série, je vous conseille ce blog : https://theperiodicfable.wordpress.com/annotations-comic-books-alan-moore-only-so-far/crossed-plus-one-hundred-annotations-index/crossed-plus-one-hundred-1/

Publicités

Une réflexion sur “uSC#039 -Apocalypses croisées

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s